Casamance : L’Armée impose l’intégrité territoriale, le MFDC joue sa survie

0
122

Une vaste opération de sécurisation est en cours dans le secteur nord de la Casamance, frontalier à la Gambie. Il s’agit du 5e Détachement sénégalais de la Mission de la CEDEAO en Gambie qui a déployé ses hommes, depuis lundi dernier 24 janvier 2022, pour détruire les foyers d’exploitation abusive de bois en Casamance. Il déplore deux (02) morts dans ses rangs et la disparition de neuf (09) soldats. Un combattant du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) est tué et deux autres faits prisonniers. Au centre de ce long conflit indépendantiste, dans le Sénégal méridional, apparait le trésor vert du bois. Son enjeu est à la fois économique, social, culturel et cultuel.

Le trafic illicite de bois a toujours été un enjeu de taille et qui a constamment soufflé sur les braises du conflit armé indépendantiste en Casamance né il y a quarante ans. La crise économique des années quatre-vingt, la dévaluation de francs CFA et la détérioration des termes de l’échange ont accentué la précarité et la mévente des produits de l’agriculture. A l’inverse, le bois de la Casamance, qui est très prisé par les grandes firmes multinationales, devient alors leur cible privilégiée. S’appuyant sur la pauvreté ambiante, des populations locales, Chinois et Indiens injectent des devises et parfois en nature, comme des motos cylindrées et autres denrées alimentaires, en échange des billons de bois.

Si la complicité des autochtones notamment des chefs de villages a donné un coup de massue à la forêt casamançaise, le filtre offert par la Gambie voisine aux compagnies étrangères a donné le coup de grâce à beaucoup de massifs forestiers, laissant derrière des clairières. 2007 aura été une étape importante avec la saisie de douze (12) camions d’immatriculation gambienne dans le Nord Bignona. Le tout puissant homme fort de Banjul d’alors, Yahya Jameh, n’avait-il pas défié à son homologue du Sénégal, Abdoulaye Wade, et son ministre de l’Environnement, Souleymane Ndéné Ndiaye, à lui restituer le matériel saisi ainsi que les coupables jugés au Tribunal de Ziguinchor.

L’avènement de Adama Barrow à la tête de la magistrature suprême de la Gambie, avec le soutien de Dakar, avait suscité tous les espoirs. Mais, jusque-là, pas grand-chose n’a vraiment changé dans la protection des massifs forestiers contre le pillage organisé. Rien donc de surprenant, si cette Gambie-là devient le deuxième pays exportateur de bois en Afrique de l’Ouest alors qu’elle n’a presque pas de forêt.

Dans un tout autre registre, les recettes du bois profitaient aussi aux maquisards du Mouvement des forces démocratiques de Casamance, pour assurer leur survie. La complicité était grande et avait même fini d’intégrer certains corps habillés épinglés sous l’ère du ministre Djibo Leyti Ka alors en charge du département de l’Environnement.

Mais à la faveur de la longue période d’accalmie ces cinq dernières années, l’ampleur du trafic a quelque peu baissé par endroit. C’est parce qu’aussi les communautés de base et les rebelles du MFDC avaient fini de réaliser que le couvert végétal reculait à grand pas. Ils commencèrent alors à secréter leurs propres paravents de protection des forêts. N’est-ce pas ce qui explique plus ou moins la tuerie de Boffa Bayotte Est, le 6 janvier 2018, avec 14 jeunes bucherons massacrés en représailles, dit-on, à une précédente affaire de coupe de bois.

Toutes proportions d’une catastrophe écologique qui poussent l’Armée sénégalaise à freiner l’hémorragie de la forêt. Outre la sécurisation du processus de retour des personnes déplacées des zones de frontière avec la Guinée-Bissau, l’autre agenda des opérations de février 2021 était de mettre fin à la coupe de bois et au trafic de drogue, avait indiqué l’Armée dans un communiqué.

Mais, dans le même temps, cette  forêt constitue le refuge des rebelles qui qualifient de provocation toute incursion armée dans leur bastion. Toutefois, les Forces Armées sénégalaises rassurent contrôler l’intégrité du terroir national et à tous prix. Hier matin mercredi, un vaste mouvement des troupes sénégalaises s’est dirigé vers les bastions nord, occupés par le chef de guerre Salif Sadio, avec comme mission de démanteler toute occupation irrégulière sur le sol sénégalais.

Moussa DRAME

Comments are closed.