Benno Bokk Yakaar : L’AFP veut le département à Rufisque

0
146

La guerre des candidatures au sein de la coalition au pouvoir s’élargit aux autres membres. L’Alliance des forces de progrès (Afp) jette son dévolu sur le Conseil départemental et lorgne des collectivités territoriales de la banlieue de Rufisque. Le parti de Moustapha Niasse invite les responsables de l’APR à plus de générosité et à une gestion plus inclusive de la coalition.

Le partage des postes sera des plus ardus dans le cadre de la coalition BBY à Rufisque, en direction des prochaines joutes pour les élections territoriales. Après la bataille des mastodontes de l’APR pour le contrôle de la ville, ce sont les alliés de l’Alliance des Forces de progrès qui se signalent avec des visées sur le département.

En effet, l’ancien président du Conseil régional a déclaré sa candidature à la candidature pour être le prochain président du Conseil départemental de Rufisque. Ousmane Samb, secrétaire à la délégation départementale de l’Alliance des Forces de Progrès à Rufisque a rendu publique cette décision des instances de sa formation à l’issue d’une Assemblée générale. « Cette rencontre est en rapport avec les élections locales à venir. Mais surtout, dire solennellement que je déclare être candidat à la candidature à la présidence du Conseil départemental de Rufisque », a-t-il déclaré face à la presse.  L’ancien président de la région de Dakar convoque son passage à la tête de la défunte institution régionale pour légitimer ses ambitions, sans oublier que son parti est l’une des têtes de pont de la coalition au pouvoir.

Au-delà du Conseil départemental, les camarades de Moustapha Niasse à Rufisque souhaitent être investis têtes de listes au niveau de certaines collectivités territoriales.

« J’ai été président du Conseil régional de Dakar qui englobait quatre départements. Là, il s’agit d’un département parmi les quatre. Donc, qu’on ne vienne pas nous faire un mauvais procès. L’Afp, étant un parti très représentatif et un des partis de la coalition Benno Bokk Yakaar, peut prétendre valablement sans pour autant soulever de l’ostracisme ici dans le département de Rufisque. On aurait pu le faire à la ville mais ça n’aurait pas été très bien parce que je pense que déjà, il y a une inflation de candidatures dans le même parti ».  

En attendant de discuter de la question dans les instances départementales de BBY, Ousmane Samb et ses camarades projettent de faire avaliser cette candidature au sein de la coalition BSS, partenaire originelle de leur formation et sous composante de la coalition BBY. « Benno Siggil Sénégal est donc un partenaire qui est une sous coalition avec le Pit, la Ld et les autres. Est-ce que dans Benno Bokk Yakaar, il y a eu des discussions pour les candidatures ? Ce sont des candidats qui se sont autoproclamés. Ensuite, quand Benno Bokk Yakaar voudra bien se réunir pour régler ces questions-là en ce moment-là, il n’y aura pas de problème ».

Dans le même sillage Ousmane Samb s’est par ailleurs désolé du climat au sein de la coalition présidentielle à Rufisque et de son management. Il dénonce une trop grande prééminence de l’APR et appelle à plus de solidarité dans la coalition. En effet, rapporte-t-il, « lorsqu’on parle de Benno Bokk Yakaar, les gens font allusion à l’Apr. L’Apr tout seul ne peut pas gagner une élection. Nous sommes tous ensemble, nous devons donc avoir cette solidarité de groupe, aller ensemble et aussi gérer ensemble parce que nous ne sommes pas des souteneurs. Nous n’avons pas cette vocation-là, nous ne le serons jamais ».

Car, explique-t-il, une coalition comme celle à laquelle appartient l’Afp, devrait fonctionner dans la diversité et qu’on retrouve tout le monde. « Je suis désolé de le dire, on marche aujourd’hui la tête à l’envers » concède l’ancien président du Conseil régional de Dakar.

Le leader départemental de l’Afp appelle les responsables de la coalition à corriger les choses pendant qu’il est encore temps. Ceci dans le but de ramener la confiance entre les partenaires et entrevoir l’issue du scrutin de 2022 avec plus de sérénité. « Je crois que ce n’est pas trop tard pour corriger ces erreurs qui peuvent être fatales. Nous espérons que très rapidement, tout le monde se ressaisira et qu’on ira vers l’essentiel et qu’on fera de bonnes investitures. Il faut gagner, nous avons la possibilité de gagner parce que nous sommes majoritaires mais on se souvient de 2014. On a perdu les élections ici, les mairies nous ont échappé », fait-il constater.

Woré SARR

Leave a reply