Barrages coupe du Monde « Qatar 2022 » : Égypte-Sénégal : les Sénégalais entre espoir et prudence

0
164

L’espoir de qualification est bien permis au bout de la double confrontation qui opposera le Sénégal et l’Égypte en barrage de la coupe du monde « Qatar 2022 ». C’est du moins le sentiment le plus partagé un peu plus d’un mois après le sacre à la CAN célébré en grande pompe. Même si la prudence reste de mise pour bon nombre de Sénégalais qui se sont prononcés en direction du match aller que les Lions vont disputer contre les Pharaons, ce vendredi 25 mars, au Caire.

 

Au lendemain du sacre de l’équipe du Sénégal à la Coupe d’Afrique, les Lions vont aller ce vendredi 25 mars à la quête du ticket qualificatif  à la Coupe du monde avec les matchs de barrages qui les opposeront à l’Egypte. Un peu plus d’un mois après cette consécration, l’euphorie semble baisser d’un ton. A deux jours de la manche aller qui se joue ce vendredi au Caire, les commentaires vont bon train chez les Sénégalais et supporters des Lions. L’optimisme semble être le sentiment le mieux partagé. Même si on sait que la tâche ne sera pas des plus simples face à un adversaire soucieux de prendre sa revanche sur les hommes d’Aliou Cissé qui leur avaient ravi un 8e trophée lors de la CAN au Cameroun.  Trouvé à l’entrée de Pikine, le jeune Abou Bèye comme bon nombre de jeunes de sa localité ne cache pas sa confiance sur les capacités des Lions à s’imposer face aux Egyptiens.

« Ce sera un grand match au Caire. En plus, c’est un match de revanche parce qu’on a battu les Pharaons d’Egypte en finale et ils étaient tellement confiants et pensaient qu’ils pouvaient remporter le match.  Parce qu’ils avaient gagné de la même manière devant beaucoup d’équipes.  On peut citer la  Côte- d’Ivoire et d’autres aux tirs au but avec un gardien extraordinaire. Donc, je pense que nous devons leur imposer notre jeu et je suis sûr qu’on va gagner », indique-t-il.  Plus loin au marché Zinc de Pikine, cet espoir est partagé. Vendeur de Café, Baye Abdou Karim ne doute pas des capacités du sélectionneur de rééditer l’exploit face à la bande de Mohamed Salah, même si il reste toutefois dubitatif sur le cas de l’attaquant des Lions Ismaïla  Sarr, de retour de blessure.

« J’ai entièrement confiance à Aliou Cissé que je ne cesserais de remercier pour ce qu’il a réalisé. Il est un coach de haut niveau et il est capable de nous faire vibrer encore. Aliou connaît maintenant le jeu des Égyptiens. Et n’oubliez pas qu’on ne change pas une équipe qui gagne. Le sélectionneur a maintenu son équipe juste avec l’arrivée de Sabaly après la non sélection de 3 joueurs qui ne pesaient pas assez. Je ne  crains qu’une seule chose. C’est le retour d’Ismaïla Sarr de blessure. Ce sera difficile parce que avec les blessures répétitives diminuent la force du joueur. Mais espérons qu’il retrouve une bonne forme », confie-t-il.

Si la confiance reste de mise, d’autres Sénégalais ne manquent pas de mettre un bémol. C’est le cas du jeune Pikinois Youssouf Ba qui estime que les Lions devront à défaut d’une victoire, revenir avec au moins un nul. « Vous savez, les contextes sont différents. Cette fois-ci, ce n’est pas la CAN mais la coupe du monde que beaucoup de joueurs rêvent de jouer. Vous jouez face à une équipe de Mouhamed Salah. Ce n’est pas facile parce qu’ils ne jouent pas. Le mieux, c’est de les faire sortir pour marquer. Sinon, ils vont se contenter des tirs au but », analyse-t-il.

Abdoulaye Ndiom ne manque pas également de tempérer cet espoir largement  entretenu. Pour le jeune sportif pikinois, il faudrait se départir de son statut de meilleure équipe ou de favori et éviter de minimiser son adversaire. « C’est très difficile de juger dans ce genre de situation. On ne peut pas dire qu’on est meilleur et qu’on va gagner parce qu’on a les meilleurs joueurs qui évoluent dans des grands clubs. On a certes de bons joueurs mais le football c’est parfois compliqué de juger. Nous avons vu des clubs comme le Paris Saint-Germain qui ont beaucoup de joueurs talentueux mais ça ne marche pas. Il y a aussi le cas du Réal Madrid qu’on a vu. Il a presque fait une bonne saison mais a été battu par le Barca qu’on considérait faible. Je veux dire qu’il ne faut pas minimiser son adversaire. C’est le message que je lance aux Lions. Il faut jouer comme si c’était un match de finale », soutient-il.

De son côté, Khalifa, tenancier de boutique à Pikine, relève une faiblesse qui accompagne souvent les équipes au lendemain des victoires en Coupe d’Afrique. « Même si je n’ai pas une expérience dans le foot, je sais que la majeure partie des équipes qui jouent en finale se retrouvent ensuite avec une faiblesse. Nous avons vu le cas de l’Algérie et d’autres équipes. Le Sénégal a fait une bonne CAN avec un bon entraîneur qui sait faire du  coaching gagnant. Espèrons qu’il va continuer sur cette lancée et nous faire battre l’Egypte »,  se persuade-t-il.

 

Alhousseynou DJIGO (Stagiaire)

Comments are closed.