« Aujourd’hui, ce qu’on fait n’est pas en cohérence avec la constitution », Théodore Chérif Monteil député de l’Union citoyenne Bunt Bi

0
317

Voté en procédure d’urgence, juste avant les élections locales de janvier 2022, le poste de Premier ministre (Pm) remis dans la constitution après y avoir été extirpé par le chef de l’État, tarde toujours à être fonctionnel. Une situation qui met le pays dans une incohérence constitutionnel, de l’avis du député membre de l’Union citoyenne Bunt Bi.

 

En effet, invité à l’émission Grand jury de la RFM de ce dimanche 13 mars 2022, Théodore Chérif Monteil estime qu’«aujourd’hui, ce qu’on fait n’est pas en cohérence avec la constitution », et qu’il est possible que certains actes soient attaqués en justice parce qu’ils n’ont pas été signés par le Pm.

 

Le député suspendu des instances de son parti pense que « le fait qu’il (Macky Sall) attend jusque-là montre que notre démocratie souffre », non sans botter en touche l’argument avancée par les tenants du pouvoir, notamment celui de la présidence de l’Union africaine qui empêcherait le chef de l’État de gérer certains dossiers. Il reste persuadé que les raisons qui ont poussé le président Sall à restaurer ledit poste ne sont rien d’autres que le climat social tendu.

 

J M D

Comments are closed.