Affaire des passeports diplomatiques: Noo Lànk engage la responsabilité du chef de l’État

0
125

L’enquête ouverte au sein de la gendarmerie pour déterminer les responsabilités des uns et des autres sur la vidéo de l’arrestation du député Seydina Fal alias Boughazelli qui a fuité dans les réseaux sociaux, ne serait que du dilatoire pour distraire les populations. C’est du moins l’avis des membres du Collectif Noo Lànk qui voient dans cette enquête de la diversion, pour faire oublier l’affaire des passeports diplomatiques dans laquelle ils engagent la responsabilité du chef de l’État, Macky Sall.

«La responsabilité du président de la République est aussi engagée dans les passeports diplomatiques vendus par les députés, notamment par l’implication des affaires étrangères. Comme chef du parti des députés impliqués, chef de la diplomatie sénégalaise et chef de l’administration, le président Macky Sall ne peut prétendre être sans responsabilité aucune», peut-on lire sur le communiqué rendu public hier, mardi 21 septembre. Les membres de ce collectif qui regroupe des partis politiques, des organisations de la société civile, tout comme des personnalités indépendantes estiment que Macky Sall aurait pu profiter de cette situation pour «attaquer ce fléau qui renforce la corruption qu’il veut combattre, si on se fie à sa déclaration il y a juste 3 jours».

Mieux, dans le but de faire le plus rapidement la lumière sur cette affaire qui semble prendre des tournures inquiétantes, au vu des lenteurs judiciaires notées dans l’affaire, Noo Lànk pense qu’avec l’appui du chef de l’État, «le procureur de la République pourrait ouvrir un appel à témoins pour exposer la mafia d’État». Toute chose qui aurait ouvert la boite de pandore, selon eux, d’autant plus que d’autres institutions seraient citées. «En dehors de l’assemblée nationale et du ministère des affaires étrangères, le palais de la  République et les autres institutions auront  probablement leur part de business», ont-ils estimé non sans révéler que c’est un «business très lucratif». 

«A raison de 100 dossiers par jour, au coût de 3 millions par dossier, sur 240 jours l’année, cela fait 72 milliards FCFA. Qui se partagent cet argent? Ils sont dans les institutions, les ambassades ou leurs associés», se demandent-ils tout en se posant la question de savoir «si l’État veut vraiment arrêter ce business?». «Peut-être bien que les autorités préfèrent nous distraire, le temps d’oublier pour ensuite continuer à mener leurs affaires», en déduisent-ils non sans inviter «les populations à ne pas se laisser distraire par l’enquête de la gendarmerie».

J M DIATTA

Sur le même sujet: Scandales á répétition dans l’hémicycle: Avis divergents entre politiques et société civile

A lire aussi : Assemblée: «Prendre des mesures encore plus radicales», Valdiodio Ndiaye société civile

Leave a reply